14 novembre 2019 - par Michelle

Le « bleisure » : une pratique avantageuse pour tous

Le bleisure consiste à profiter d’un voyage d’affaires pour s’offrir du bon temps, par exemple en prolongeant le séjour de quelques jours pour faire des activités non liées au travail, parfois même en famille ou en couple. Le mot résulte de la contraction des mots anglais business et leisure. Une étude a démontré que 20% des voyageurs d’affaires s’adonnent au bleisure sur une base régulière. De plus, un sondage a révélé que 75% des répondants souhaiteraient s’adonner au bleisure dans la prochaine année ! Cette pratique ne peut donc plus être ignorée. Heureusement, elle comporte plusieurs avantages, autant pour l’employé que pour l’employeur.

Les voyages d’affaires, une source de mécontentement

Les voyages corporatifs sont parfois méprisés par les employés, entre autres à cause de l’impact négatif qu’ils ont sur leur vie personnelle et familiale. Il a été démontré que, dans les pays où les employeurs sont plus flexibles par rapport au bleisure, les employés apprécient davantage les voyages d’affaires. Le bleisure semble donc être une solution efficace à l’hostilité ressentie à l’égard de ces voyages ainsi qu’aux conséquences négatives que ceux-ci ont sur les voyageurs. De plus, les employeurs qui offrent cette possibilité démontrent qu’ils se soucient de l’équilibre entre la vie professionnelle et personnelle de leurs employés, ce qui a un impact direct sur la motivation de ceux-ci et donc sur leur productivité.

Une tendance populaire auprès des milléniaux

De nos jours, les milléniaux représentent le plus gros segment de voyageurs d’affaires. Bien que le phénomène du bleisure ne soit pas nouveau, ce sont eux qui l’ont popularisé. Auparavant, c’étaient davantage les dirigeants d’entreprises qui profitaient de leurs voyages d’affaires à des fins personnelles. Maintenant, cette possibilité ne se limite plus à eux, mais ce sont surtout les jeunes qui se le permettent. Alors que les générations précédentes voyaient davantage les voyages d’affaires d’un mauvais œil, les milléniaux, eux, les voient comme un avantage qui ajoute de la valeur à leur poste. Ils adorent voyager et un voyage d’affaires représente pour eux une opportunité de découvrir le monde. Les organisations ont intérêt à offrir aux employés la possibilité de s’adonner au bleisure, car cela attire les jeunes candidats et permet leur rétention.
Mais pourquoi ce besoin de vacances est-il si présent chez les milléniaux ? C’est en grande partie à cause du syndrome d’épuisement professionnel; 7 milléniaux sur 10 ont déjà expérimenté un burnout, et 2 sur 3 s’auto-identifient comme étant des workaholics, c’est-à-dire des bourreaux de travail. En cette ère numérique où les individus sont toujours connectés, la ligne entre la vie professionnelle et personnelle se fait de plus en plus mince. Profiter d’un voyage d’affaires pour jouer au touriste est donc, pour ces personnes épuisées mais incapables de décrocher, une bonne façon de prendre une pause en joignant l’utile à l’agréable. Les risques de burnout s’en trouvent ainsi réduits !
L'encadrement du bleisure
Bien que cette pratique soit de plus en plus populaire, elle est rarement abordée dans les politiques de voyages des entreprises. Afin de s’adapter aux tendances actuelles, il serait pertinent que de telles politiques apportent des précisions quant à la possibilité pour les employés de prolonger leurs voyages à leurs frais. Les conditions et les responsabilités de chacun devraient être mises au clair. Il est important que les employeurs réfléchissent à l’encadrement du bleisure et à l’application de leur devoir de diligence, afin d’assurer la sécurité des employés, entre autres.

 


Vous aimerez aussi

Retour au blogue
(514) 738-7171
info@encore.ca Encore Travel
1285 Rue Hodge #101, Saint-Laurent, Québec H4N 2B6
S'abonner à l'infolettre