Croyez-le ou non, le cannabis est légal partout au Canada. Au cours des premières semaines qui ont suivi l’officialisation de la légalisation, des rumeurs ont circulé sur les implications et les conséquences pour les voyages. Vous avez probablement déjà eu l’occasion d’en parler ou d’entendre lors d’un souper en famille votre oncle « favori » expliquer en détail comment les États-Unis mettent sur la liste noire les personnes qui achètent du cannabis avec leur carte de crédit. Mais que se passe-t-il vraiment ? Voici dix faits sur la façon dont le cannabis affecte les voyages à destination, en provenance ou à l’intérieur du Canada.

Le cannabis ne peut pas être importé au Canada.

Le cannabis, quelle qu’en soit la quantité, acheté légalement, ou même prescrit médicalement, à l’extérieur du pays, sera confisqué à la frontière. De plus, si vous tentez d’entrer au Canada avec de la marijuana non déclarée, vous pourriez faire face à de graves conséquences juridiques.

Le cannabis ne peut pas sortir du Canada.

Tenter de quitter le Canada avec de l’herbe est doublement dangereux, car cela peut constituer une accusation criminelle au Canada aussi bien que dans le pays où vous essayez d’entrer.

Les sanctions internationales pour possession/transport d’herbe sont extrêmement variées.

Les lois sur la possession varient de petites amendes à l’emprisonnement à perpétuité. Il y a aussi une grande différence entre les lois sur la possession et les lois relatives au transport international. C’est la responsabilité du voyageur de vérifier les lois du pays qu’il visite. C’est probablement idéal pour éviter d’être détenu dans une prison étrangère, mais il ne faut pas généraliser.

Voyager au Canada avec du cannabis est légal, mais les lois provinciales s’appliquent.

À l’heure actuelle, cela pourrait ne pas signifier grand-chose, car la plupart des provinces ont le même âge légal et la même limite de possession publique. Ce qu’il est important de noter, c’est que chaque province a une certaine latitude pour imposer des restrictions supplémentaires, ce qui signifie que l’âge légal et la limite de possession peuvent être modifiés et que les endroits publics où ils peuvent être utilisés peuvent être précisés. Essentiellement, tenez-vous au courant.

L’entrée aux États-Unis ne vous sera pas automatiquement refusée, même si vous travaillez dans l’industrie du cannabis.

Bien qu’il ait été annoncé au cours de l’été que les Canadiens impliqués dans l’industrie du cannabis pourraient faire l’objet d’une interdiction à vie aux États-Unis, juste avant la légalisation, l’agence américaine des douanes et de la protection des frontières a publié une déclaration surprenante qui a infirmé le verdict. Selon la déclaration, la preuve de l’implication dans l’industrie du cannabis n’est pas suffisante pour empêcher une personne d’entrer aux États-Unis. Il convient toutefois de noter qu’une personne voyageant pour une raison liée à l’industrie est susceptible d’être refusée.

La légalisation de la marijuana est certainement une affaire d’importance, et les résultats, tant au pays qu’à l’étranger, ne sont pas encore entièrement réglés. Jusqu’à ce que la fumée se dissipe, c’est probablement une bonne idée de jouer la prudence et de lire votre loi sur le cannabis.